Le Profil perdu des élites

Si la notion d’élite suppose la compétence et la rareté, il n’y a plus d’élites. Mais dans les marges de la notoriété, de l’argent et du pouvoir, les prête-noms ne manquent pas.

Ce serait, par exemple, la cohorte nombreuse de gens qu’on rencontre, dans le salon VIP d’un aéroport, si par hasard, suite à une erreur administrative, ou du fait de l’invitation inattendue à un colloque avec un billet de 1ère classe,  on y fait une petite apparition.

Il est facile d’ironiser sur cette catégorie de voyageurs planétaires qui semblent constitués en majorité de gens aimant se retrouver loin du peuple, parler le mauvais anglais faute d’une maîtrise suffisante de leur langue maternelle, ne pas payer leurs dépenses courantes et qui véhiculent aux quatre coins du monde les idées reçues au lieu d’en chercher de nouvelles.  Cette ironie serait un peu déloyale.  Mais il n’est pas interdit de s’interroger : qui diable songerait à prendre l’avis de ces gens là ?

Qui, à entendre s’exprimer directeurs de banque centrale, professeurs d’économie, conseillers en géopolitique, ministres des finances, directeurs d’organisme internationaux, gérants de fond, responsables culturels, présidents de parlement, commissaires à la recherche, n’est pas atterré par la frivolité et la vacuité qui en émanent ?  Et par le hiatus entre leur esprit de sérieux et leur savoir réel?

Qui, pénétrant à l’occasion chez l’un d’entre eux, n’est pas défavorablement impressionné par ces endroits sans livres, sans plantes vertes, sans cuisine véritable, sans confort apparent, sans trace de vie utile, tandis qu’il voit s’approcher de lui le moment fatal des sushis du traiteur à la mode ?

Pour quitter le domaine de la fable, qui, ayant vu à la fois leur gestion des crises, leur communication et leurs messages d’avenir, penserait à associer les membres de la Commission européenne à la catégorie des élites, et même des experts ?

Qui, s’étant fait une vue claire du recrutement et des rituels de la franc-maçonnerie, peut ignorer qu’elle n’est pas, ne peut pas être un lieu où l’élite se matérialiserait un instant, à l’abri des regards ?

Qui n’a pas remarqué, avec amertume, que la plupart des gens qui ont un pouvoir effectif sur la civilisation et sur la vie sont moins vifs, moins fins, moins dignes et moins agiles que les inspecteurs d’assurance, les directeurs d’école, les antiquaires, les podologues et les électriciens qu’on croise quelquefois ? Comment ne pas songer que la douce oligarchie qui dirige le monde, et dont notre bonheur et notre liberté dépendent, n’est pas beaucoup plus éclairée que la pègre qui opère à Little Italy ?

Qui n’a pu vérifier que nos maîtres d’influence ne s’intéressent pas aux faits, mais aux coutumes, aux règles et aux lois non écrites dont ils sont les servants ?

Bien sûr, on continue à trouver çà et là des gens remarquables, dont l’âme inaltérable ne cesse d’exercer les droits de la raison. Mais ils ne parlent et ne pensent qu’en leur nom. Leur cœur n’est irrigué par aucun sang collectif.

Il n’y a pas de cercles d’excellence. Ou s’il y en a, ils sont déserts.

Par une sorte de paradoxe physico-chimique, les élites sont partout, mais on ne les rencontre jamais qu’absentes. Et faute d’avoir pu en isoler un seul spécimen certifié, on en est réduit  à raisonner sur le récit de voyageurs ; sur les propos de témoins disparus en laissant des descriptions hâtives ; sur les rubriques formatées des médias, qui n’évoquent les élites que de façon collective, et laissent entendre qu’elles ne sont pas ce qu’elles sont et ne se trouvent  pas là où on les attendait.

Il est vrai qu’il y a Davos. Il est vrai aussi que c’est un sommet financier. Il est surtout vrai qu’on n’y pénètre pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s