Une Arme terrible

Hillary Clinton a mené sa campagne présidentielle avec deux handicaps majeurs: son absence de toute conviction politique apparente, et ses graves problèmes de santé. Qu’elle soit en outre une petite personne belliciste, que l’affaire de ses mails non maîtrisés révèle autant d’arrogance que d’imprudence, que son passage au poste majeur de Secrétaire d’Etat ait été fantomatique, cela n’a joué qu’un rôle secondaire dans le choix des électeurs. Donald Trump réunit absolument tous les inconvénients esthétiques et moraux : et sa vulgarité frappe d’une manière insoutenable, sur l’écran où il déverse ses rodomontades: surtout quand on coupe le son, laissant ses mimiques parler toutes seules. Mais son assurance et sa force ont donné une sorte de cohérence à ses positions, même au plus fort de son ignorance et de ses bluffs. Entre ces deux figures rien moins qu’idéales, la question était donc de décider qui ferait le moins mal l’affaire. La réponse arrive. La démocratie est une arme terrible. La surprise n’est pas au rendez-vous.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s