Bascule

Un jour, sans doute très proche, la vie des hommes ne sera plus régie par la raison des hommes, ni par leur folie : mais par la folie des machines.

Le processus en cours a été soigneusement préparé.

Nous avons assisté à l’évacuation progressive de la nature au profit de l’ordre humain. Bien que cet ordre génère des grands désordres, nous avons jugé que les progrès, en médecine, en savoir, en mobilité, en plaisir, en confort, en longévité, valaient les mutilations de notre planète, et peut-être sa mise à mort. Ce n’était pas un jugement raisonnable, mais c’était une attitude stoïque : puisque après tout, nous n’y pouvions rien.

Nous voyons se mettre en place des bouleversements inouïs et croissants dans l’état et la forme de nos sociétés.

L’interchangeabilité des cultures, les invasions barbares issues d’idéologies délirantes, la généralisation du clonage humain, et le commerce généralisé, où l’eau, l’air, la liberté, l’amour, la vie, le sang deviennent des marchandises comme les autres : tout cela, qui va sans dire, et qui aura lieu, laisse entrevoir la grande marche à l’envers du progrès humain.

Nous voilà à présent confrontés au grand-œuvre et il est dirigé contre nous. L’intelligence artificielle est en train d’atteindre son point de transmutation. Elle sera bientôt trop puissante pour être maîtrisée par autre chose qu’elle-même, et l’intelligence humaine lui sera accessoire ou soumise. Cette mutation nous renvoie à terme, à court terme, à l’animalité, dont l’invention de l’intelligence nous avait en quelque sorte délivrés.

Le terme « Singularité », d’un usage paresseux, rend très mal compte, sauf à titre diachronique, de ce changement de réalité : on comprend d’où il sort, non ce qu’il désigne d’irréductible. L’invention de l’écriture, la fortune du christianisme, l’usage des machines à vapeur, le calcul intégral, les expériences atomiques sur sujets réels, l’expédition sur la lune, la généralisation d’internet étaient aussi des singularités. Mettre un S majuscule à l’une d’elles ne permet pas de franchir le seuil.

Ce phénomène à peine futur sera un retournement complet de l’aventure humaine. Parler à son propos de Bascule serait peut-être plus approprié.

Son alibi est qu’elle ne nous délivrera pas seulement du travail de la maîtrise du monde, de l’usage direct des choses de l’esprit, mais qu’elle ira plus loin : qu’elle pourrait aussi nous délivrer de la mort.

Si vaincre la mort implique une fusion de l’homme et de la machine, on peut se demander si la vie éternelle qui nous est promise correspond bien à une vie rêvée. Je me souviens que la Sybille de Cumes, frappée d’éternité, demandait comme une faveur de mourir.

Dans un univers entièrement basculé, le cauchemar aussi peut être sans fin.

 

Publicités

3 réflexions sur “Bascule

  1. Mon cher Luc, le charme de cette vision désespérée du monde est qu’elle est en magnifique contradiction avec ta propre joie de vivre. Certes Il faut être inquiet mais nous n’allons pas faire attendre le poulet rôti et le vin clair. Pour le reste c’est affaire de pari.Le monde n’a-t-il pas toujours basculé, d’une époque à l’autre, d’une école de pensée à l’autre, d’une saison, l’autre? J’ai certes beau jeu cette après-midi à Syracuse, me préparant à dîner avec Sophocle, à faire le redresseur d’histoires, le conteur à l’envers. Je sais bien derrière cette Méditerranée toute virgilienne les drames barbares. Je propose d’être plus rusé que les machines… et je crois que c’est jouable; tout pari est jouable. Les singularités que tu distingues dans l’histoire font de nous des nains sur les épaules de géants. Gutenberg et Vint Cerf sont des compagnons de route désormais. Quand le paganisme antique prit manifestement fin, un cri, tiré de Plutarque, traversa l’Empire romain : « Le grand Pan est mort ! Le grand Pan est mort ». Le monde chrétien allait triompher. Hé bien je te le dis mon ami le Grand Pan est de retour et tu vas voir ce qu’on va voir
    Christian

    J'aime

    1. Cher Christian, je t’envie Syracuse, et plus encore, le vin clair de ta pensée. Sur le fond, bien sûr, la partie est en cours, mais je la trouve très mal engagée, et l’adversaire est le non-humain. Quand même, on ne se refait pas, et mon prochain texte abordera la question de l’éventuel sursis. Tu en fais partie, indubitablement…

      J'aime

  2. Dieu a créé l’Homme. Les Hommes s’entretuent au nom de Dieu.
    L’Homme a créé les machines. Les machines remplacent leur créateur.
    Quel avenir pour l’Homme?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s